Faire la course contre l’hiver au Colorado

Mes coups de pédale au Colorado dans la profonde vallée de la Snake River m’ont confirmé l’imagerie que je construisais de cet état durant les dernières semaines : d’immenses terrains bien clôturés, de belles maisons entourées de bâtiments de fermes, des chevaux et des vaches paraissant bien nourris, un propriétaire de ranch passant par là sur son cheval, me permettant de prendre de l’eau à son puit, “on his property”, plutôt que dans la rivière, des Hispaniques au chapeau de cow-boy déplaçant avec l’aide de chiens un troupeau de moutons… tout cela entourés de montagnes bien sculptées garnies d’arbres aux couleurs d’automne.

C’était bien joli, mais j’étais exténué.

Sincèrement, les derniers jours au Wyoming m’ont été difficiles. Et le Colorado semblait vouloir se refroidir de jour en jour. Je m’arrêtai dans un café à une trentaine de kilomètres de Steamboat Springs, espérant, en me connectant à Internet, avoir une réponse affirmative d’une demande d’hébergement Warmshowers. J’avais envoyé une demande pour Steamboat quatre jours plus tôt et n’avais pas pu me connecter depuis. Je me tournai vers CouchSurfing pour des demandes de dernière minute lorsque je vis que rien ne s’était concrétisé. J’allais repartir du café et me diriger vers Steamboat, en espérant avoir une réponse lorsque j’arriverai là-bas (et sinon, voir une fois sur place les autres options), qu’une femme commença à me parler, à me demander mon histoire… puis à me demander si j’avais une place à dormir. J’étais le bienvenu sur son ranch pas trop loin.

Les choses sont bien faites.

Me voilà donc au Triple M Ranch, me préparant à passer une nuit bien au chaud près du foyer dans « l’étable », ou ce que l’on pourrait appeler plutôt « le Royaume du confort ». La petite-fille qui habitait sur le ranch partait en randonnée en vélo avec son école primaire le lendemain, et sa grand-mère a eu l’idée d’appeler le prof de gym pour lui demander s’il serait intéressant pour les enfants que je passe à l’école avant qu’ils partent pour présenter mon projet, mon vélo, bref, donner une petite conférence improvisée!

J’acceptai avec plaisir. 70 petites paires d’oreilles bien attentives m’ont écoutées alors que leurs yeux ont semblé apprécier quelques extraits présentés de mes vidéos. Les questions fusaient de partout lorsque j’ai amené mon énorme vélo au milieu de la pièce. Merci à la North Routt Community Charter School pour cette merveilleuse expérience!

De là, je suis entré dans ce que j’appelle ma « semaine chanceuse » : j’ai fait de merveilleuses rencontres et j’ai pu dormir à l’intérieur tous les soirs jusqu’à Lake City, au sud du Colorado. Steamboat et Breckenridge, deux villes au bas de stations de ski, me semblaient en attente, alors que passait cette entre-saison désagréable pour les commerçants. La neige se faisait désirer, et moi je tentais le plus possible de sortir du Colorado avant qu’il ne fasse vraiment trop froid.

Bien que j’aie quitté pour le moment l’itinéraire de la Great Divide Mountain Bicycle Route, je ne me suis pas simplifié la vie pour autant. Oui, je me retrouvais plus souvent sur des routes pavées, mais je me suis concocté un itinéraire passant au-dessus de la Grande Division plus souvent que la GDMBR (6 fois en 9 jours pédalés sur 12 jours au Colorado). Le point culminant était Cottonwood Pass, à 3696 mètres, soit le plus haut col de montagne en Amérique du Nord emprunté par une route. Le gain d’élévation à partir de Buena Vista, à 35 km de là, était d’environ 1250 mètres. J’ai eu le bonheur de partager la route avec mes hôtes qui ont décidé la veille de monter le col avec moi!

J’ai déboulé de là jusqu’à Gunnison, petite ville collégiale débordant de vie et d’initiatives au coeur jeune. La pluie s’est vite transformée en neige en quittant la ville, mais heureusement, cela n’a pas duré. Bien que la route était libre, dès que je me retrouvais à plus de 10 500 pieds (3200 mètres) à partir de ce moment, les bords de route étaient ornés d’un tapis blanc. Les deux dernières nuits au Colorado ont été passées sous la tente, ce qui m’a permis de constater le flagrant changement lors de mon entrée au Nouveau-Mexique : je me suis réveillé de ma première nuit de l’autre côté de la frontière du Colorado sans glace sur ma tente!

Je me suis retrouvé à Santa Fe en deux jours de bons vents et de pentes généralement descendantes. Quel changement! L’architecture, le climat, le type de montagnes, les gens… j’ai le goût d’appeler cet état le « Pré-Mexique ». Mon corps me demande plusieurs jours de repos avant d’aller explorer plus loin. Les dernières centaines de kilomètres avant la frontière du Mexique attendront un peu… kilomètres que je ne ferai pas seul…

Pour voir plus de photos du Colorado, cliquez ici!

Carte du trajet parcouru au Colorado :


Parcours cycliste 1879997 – powered by Bikemap

 

 

5 réflexions au sujet de « Faire la course contre l’hiver au Colorado »

  1. Wow! Effectivement, tu ne te l’es pas jouée facile! Le Utah aurait été drôlement plus reposant et chaud. Les canyons sont incroyable (regarde ça : http://catherine-et-les-fees.blogspot.com/2012/10/wire-pass-and-buckskin-gulch-journey.html). Bon repos et bons vents pour la suite! Sympa la conférence improvisée à l’école! Je suis sûr que ce petit moment aurait fait une grande impression dans l’esprit de certains de ces gamins!

    • L’Utah, c’est trop loin de la Division Continentale! Et j’ai eu la chance de travailler comme guide touristique dans l’Ouest états-unien il y a quelques années et j’ai pu visiter quelques parcs de l’Utah avec les jeunes que je guidais. Franchement intéressant ce coin, vraiment! Malheureusement, on ne peut pas aller partout en vélo, c’est pas toujours rapide!

  2. Salut Étienne,
    Merci des belles photos de Colorado. Suzanne et moi (nous t’avons rencontré au Café Babylon avant ton départ) avons passé deux très belles semaines au Colorado au mois d’août dernier … surtout pour la randonnée pédestre mais j’ai monté le mont Evans à vélo (route pavée la plus haute en Amérique du Nord).
    Bonne pursuite de ton projet, Thomas Antil (Québec)

    • Bonjour Thomas!
      J’aurais aimé passer plus de temps au Colorado, mais l’hiver me courrait après, quel dommage! J’espère que vous avez bien pu en profiter. Les gens là-bas sont tellement connectés avec leurs montagnes! Bien du plaisir à vous lors de vos prochaines aventures!

  3. Impressionnant tout ça. On est loin de la monté de Camilien Houde. Surtoût avec tes sacoches ça doit pas être évident. Bravo pour tes capsules et photos. Passe le bonjour à Pablo et faites attention à vous.

Leave a Reply