États-Unis : bilan

Et un deuxième pays de traversé! Le Canada et les États-Unis présentent à eux seuls presque le tiers du périple. L’anglais est maintenant derrière moi et j’entame une toute nouvelle étape dans le monde hispanique latino-américain. Je suis passé d’un extrême à l’autre aux États-Unis, de la montagne au désert, de la chaleur au gel, de l’air pur au feu de forêt. Deux mois de voyage avec Jörg se sont terminés près de Yellowstone, et après un mois en solitaire sur la route, j’ai eu le bonheur d’accueillir Pablo à Santa Fe, Nouveau-Mexique, avec qui je partagerai les prochaines aventures! Merci à Arkel d’avoir contribué à équiper Pablo d’un ensemble de sacoches de vélo!

Des chiffres et des lettres

États-Unis
Du 31 août au 11 novembre 2012
73 jours dont 48 jours à vélo
4033 km, total à l’odomètre : 8579 km
37 traversées de la Division Continentale
3 crevaisons
16 matins avec gel au sol au réveil
84 km en moyenne par jour pédalé (55 par jour total)
Vitesse moyenne de 16,8 km/h
Journée la plus grande : 128 km
Journée la plus courte : 37 km
Journée la plus rapide : 23 km/h
Journée la plus lente: 9,5 km/h
Vitesse maximale: 73,5 km/h

Où dormir?

Je n’ai payé que pour 15% de mes nuits, principalement pour les campings des parcs nationaux. Contrairement au Canada, les parcs nationaux offrent des prix réduits pour les cyclistes et randonneurs, autant pour l’entrée du parc que les sites de camping. Bien que les panneaux de “No Trespassing” et de “Private Property” pullulent, il ne suffit que de s’aventurer dans les forêts nationales (National Forests) ou les terres du BLM (Bureau of Land Management), dont l’itinéraire de la Great Divide Mountain Bicycle Route profite, pour pouvoir camper n’importe où sans problème. Sinon, un futur nouveau développement résidentiel ou un stand de panneaux d’interprétation de la région à une halte-routière peut aussi faire l’affaire à l’occasion!

J’ai également eu l’opportunité de rencontrer plusieurs personnes qui m’ont hébergé, soit par Warmshowers ou CouchSurfing, ou soit par pur hasard sur la route. J’ai en effet passé la moitié des nuits aux États-Unis chez des locaux. Cela permet réellement de vivre l’endroit où l’on se trouve. Merci à tous pour ces belles expériences!

Une surprise à Pie Town, New Mexico attend les cyclistes de la Great Divide Mountain Bicycle Route (GDMBR) et les randonneurs de la Continental Divide Trail (CDT). Nita met à disposition de ces aventuriers une maison qu’elle possède. Nous n’avons pu la rencontrer, mais tout est fait pour se sentir le bienvenu à Toasters House. C’est au magasin de tartes (ça ne s’appelle pas Pie Town pour rien), qu’on nous a mis au courant de cet endroit spécial. Le « vortex Pie Town » nous a aspiré et c’est après trois nuits que nous avons repris la route vers la Gila National Forest. En passant, je prends le temps ici de lever mon chapeau à ces randonneurs qui relient la frontière canadienne à la frontière mexicaine à la marche à travers les montagnes. Je m’ébahis à chaque fois que je rencontre ces randonneurs de longue distance, ces “through hikers”. Nous avons rencontré Chad à Toasters House, qui après avoir fait la CDT du sud au nord, est revenu ici pour compléter ce segment de six jours qu’il avait du sauter en faisant du pouce car un feu de forêt ravageait la région. Moi aussi j’aurais eu de la difficulté à dormir de retour chez moi en sachant qu’il me manquait un p’tit bout… Et le hasard nous l’a fait retrouver à Gila Hot Springs (voir plus bas), lui après 6 jours de marche et nous après 4 jours de vélo sur un chemin un peu plus long.

Quoi manger?

Manger toutes les calories dépensées dans une journée, c’est difficile. Je tente de faire tremper dans l’huile, le beurre ou la mayonnaise un peu tout ce que je mange. Le pain s’est graduellement remplacé en allant vers le sud par les tortillas, plus facile à transporter. Le gruau matinal canadien s’est poursuivi aux États-Unis, mais avec de nouvelles saveurs de la marque maison: tout un changement! Le fromage est tellement moins cher qu’au Canada, et je n’hésite pas à en mettre partout. J’étais bien épaté de voir toutes ces nouvelles barres de chocolat, mais rien dans ces calories vides attractives ne bat ma traditionnelle barre «caramel-chocolat-arachide-nougat» dont je vais taire le nom commercial et qui me propulse quelques kilomètres plus loin. Je me suis habitué au thé doublement quotidien que Jörg faisait matin et soir, mais je n’ai conservé que la partie matinale du processus. À quelques occasions, un deuxième déjeuner pas cher bien américain servait de pause en milieu de matinée, pour terminer de se réchauffer des nuits froides. Le beurre d’arachide est toujours présent et je me demande si je serai encore capable de manger du spaghetti (et du gruau) lorsque tout cela sera terminé. Mais pour l’instant j’apprécie toujours ce que je mange, la faim n’étant pas capricieuse.

Segments de route intéressants

Malheureusement, à vélo, on ne peut pas tout voir! Un site à une heure en voiture de la route principale équivaut à une journée de route pour s’y rendre. J’ai tout de même réussi à me concocter un itinéraire qui passe par des endroits franchement agréables. Voici quelques points saillants de la route empruntée, qui passent soit par des parcs nationaux méritants une visite, soit par des paysages à couper le souffle.

Great Divide Mountain Bicycle Route

Au final, j’ai emprunté près de 45 % de cet itinéraire conçu par la Adventure Cycling Association longeant la Division Continentale à travers le Montana, l’Idaho, le Wyoming, le Colorado et le Nouveau-Mexique. Plus de détails sur ce parcours de trouvent ici.

 

Glacier National Park


Parcours cycliste 1912743 – powered by Bikemap

Une belle journée en perspective qu’est la traversée de ce parc. Il est plus facile de parcourir la Going-to-the-Sun Road d’est en ouest, comme Jörg et moi l’avons fait, ce qui offre une plus grande descente que la montée… et quelle descente! Vous pouvez la vivre dans ce timelapse au début de la capsule vidéo «Tunnels». Attention cependant, il y a certaines restrictions du 15 juin au premier weekend de septembre, en raison du dense trafic touristique. Une partie de la route est fermée aux cyclistes de 11 h à 16 h : il faut donc planifier pour passer cette section avant ou après, ou dormir au camping tout près de la zone. Une autre restriction s’applique seulement en direction est. Les détails ici.

Yellowstone et Grand Teton National Park


Parcours cycliste 1912759 – powered by Bikemap

Un petit terrain de jeu pour moi, j’ai pris le temps de bien visiter Yellowstone. Septembre est une belle période pour le faire, juillet et août étant extrêmement occupés. Cependant, plusieurs campings ferment à la fin septembre, rendant la visite plus tard en saison un peu plus complexe (et froide). Découvrir ce parc à vélo est franchement avantageux. Pas besoin de réserver son camping, car certains sites sont spécialement dédiés aux cyclistes et randonneurs et pas de problèmes pour trouver du stationnement! Il y a quelque chose à voir à tous les 5 kilomètres! La boucle sud a de bons accotements, mais la boucle nord est plus étroite et il faut être plus attentif sur la route.

Union Pass et Grand Bassin Continental au Wyoming

Si c’est la solitude, les grands espaces et le fait de voir plus d’animaux que d’humains qui vous intéressent, il faut prendre les routes d’arrière-pays que j’ai empruntées à la sortie des parcs nationaux au Wyoming (voir la carte de l’état à la fin de l’article). Déjà, le Wyoming est l’état le moins peuplé des États-Unis, alors passer par l’arrière-pays est une expérience bien solitaire. À voir dans la première partie de la vidéo «Vagues de terre».

Détour par Gila Cliff Dwellings National Monument


Parcours cycliste 1924477 – powered by Bikemap

Un détour différent, mais de la valeur de celui de Stewart, en Colombie-Britannique. Pablo et moi suivions l’itinéraire de la GDMBR, que nous avons quitté après avoir traversé un merveilleux coin de pays. La raison historico-culturel de ce détour se retrouve au Gila Cliff Dwellings National Monument: des habitations des ancêtres du peuple Pueblo de 700 ans bâties dans de grandes cavernes sur une merveilleuse falaise. Ce site encore plein de mystères non élucidés est accessible par un petit sentier prenant moins d’une heure à parcourir, et l’entrée ne coûte que 3$. La raison ludique de ce détour se retrouve dans les sources thermales, auxquelles on accède par le camping, pour 5$ (incluant la nuit). Pour une expérience plus sauvage que nous n’avons pu faire, Jordan Hot Springs est accessible en faisant une randonnée de plusieurs heures, où il est recommandé d’y passer la nuit pour profiter du site.

Ce détour n’est pas une petite ballade de plaisance cependant, comme peut le montrer la carte ci-dessus. Mais le fait de savoir que l’on peut détendre ses muscles endoloris dans l’eau chaude une fois arrivé nous encourage à avaler les kilomètres… et nous fait hésiter à repartir le lendemain. Il n’est pas nécessaire de refaire tout le chemin inverse, en prenant une autre route, tout aussi côteuse, sinon plus, pour Silver City.

Traverser la frontière

Il est bien paradoxal de terminer la GDMBR, réputée pour ses gains d’élévation sensationnels et ses routes cahoteuses, en se laissant transporter sur de longues lignes planes de bitumes pendant les deux derniers jours. Le poste frontalier d’Antelope Wells est le moins fréquenté de la frontière mexico-étatsunienne. Sur la route pour s’y rendre, via Hachita, un village quasi-fantôme sans commerce, nous rencontrons plus souvent de “Border Patrol” à la recherche d’illégaux traversant la frontière vers le nord que de voitures ordinaires. À la frontière même, pas de villages, d’un côté ou de l’autre. Nous avons demandé au douanier si nous pouvions dormir quelque part avant de traverser la frontière le lendemain, afin d’arriver au prochain village, 80 km plus loin, avant la tombée de la nuit. Il nous propose de camper devant sa maison, tout en nous offrant crème glacé, sodas et melon d’eau. Tim est le seul douanier permanent à Antelope Wells, un partenaire étant “envoyé” de El Paso ou de Douglas. À 16h, lorsque la frontière a été fermée jusqu’au lendemain, cet homme dévoué nous a offert assez de nourriture pour cuisiner deux repas. Le lendemain, alors qu’il était en congé, il est allé au poste cuisiner un énorme déjeuner pour ses collègues et nous. Nous sommes donc entrés au Mexique le ventre plein, en laissant dernière nous une merveilleuse dernière impression des États-Unis.

 

Cliquez sur les liens suivants pour accéder aux albums photos complets:

MontanaWyomingColoradoNew Mexico

Carte du Montana


Parcours cycliste 1832512 – powered by Bikemap

 

Carte du Wyoming


Parcours cycliste 1871585 – powered by Bikemap

 

Carte du Colorado


Parcours cycliste 1879997 – powered by Bikemap

 

Carte du Nouveau-Mexique


Parcours cycliste 1886242 – powered by Bikemap

 

 

5 réflexions au sujet de « États-Unis : bilan »

  1. Chapeau, Étienne. Tes compte-rendus sont captivants, concis et pleins de renseignements utiles. Ton goût de l’aventure nous inspire énormément. Merci et je te souhaite bonne route et bon séjour au Mexique.
    Jean laCasse

  2. Salut Etienne !
    Je viens de retomber sur ton blog. Je ne sais pas si tu te souviendras : nous nous étions rencontré au nord de Teslin, au Yukon. Ma copine et moi étions à pied, en route depuis le Nouveau Mexique vers Dawson City.
    C’est tout simplement extraordinaire de voir par où tu es passé, et ça m’évoque bien des souvenirs… Tes récits sont très clairs, très intéressants, merci beaucoup ! C’est vraiment agréable à lire, et je sais que je suivrai la suite de ton voyage avec beaucoup de plaisir !
    Très bonne continuation, profitez de chaque instants !
    Camille et Camille.

    • Bonjour les Camille!
      À Pie Town, j’ai vu le message que vous avez laissé dans le livre d’or de Toasters House et j’étais tellement impressionné (encore) par tout le chemin que vous avez fait à pied! Certains moments ont du être difficiles, comme d’autres grandioses! J’espère que le retour à la maison se passe bien pour vous!
      Etienne

Laisser une réponse

L'adresse courriel ne sera pas publié. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*