Dawson – Whitehorse : Une «ballade de plaisance» avant d’entreprendre la Cassiar

Cela l’aurait été encore plus si le vent et la pluie ne s’étaient pas mis de la partie. Mais comparé à la Dempster Highway et probablement ce qui m’attendra au nord de la Colombie-Britannique, ces 6 jours de vélo sur la Klondike highway furent un charme.

J’avançais plus vite que sur le dernier bout de chemin grâce à la route pavée, exceptée à certains endroits. Deux villages sur la route m’ont permis de me ravitailler, et d’autres stations-services parsemaient la route. Après un souper en bord de route, je remontais sur le vélo pour faire quelques kilomètres et installer mon camp pour la nuit.

 

Un outil bien pratique pour mieux dormir lors des nuits nordiques!

 

 

 

De plus, les fréquentes aires de repos sur la route équipées de poubelles anti-ours me permettaient de me débarrasser de mes déchets fréquemment et de ne laisser aucune trace dans mes haltes nocturnes.

 

Le soleil commence à se coucher ! Les journées d’avant étaient plutôt nuageuses, mais elles raccourcissent. La descente vers le sud m’a permis d’assister à mon premier coucher de soleil derrière les montagnes, vers 23 h, à Fox Lake, environ 70 km au nord de Whitehorse. Cette journée-là, un cycliste allemand m’a rattrapé alors que j’étais attablé à Breaburn Lodge, réputé pour ses brioches à la cannelle aussi grosse que ma tête. Nous avons donc terminé le chemin jusqu’à Whitehorse ensemble et nous poursuivrons encore un bout sur la Cassiar highway.

 

Faire des réserves

Que de plaisir d’arriver à Whitehorse, qui a tout d’une grande ville, étant avec ses 25 000 habitants la capitale du territoire ! Que de plaisir de voir des prix abordables dans une épicerie ! Le repos chez la soeur d’un ami permet de faire le plein de provisions, qui seront bien nécessaires.

Le prochain segment de 1640 km qui m’amènera jusqu’à Prince George, en Colombie-Britannique, peut se diviser en trois parties :
– 430 km sur la Alaska highway, une « autoroute » si on la compare aux autres routes yukonaises, où l’on retrouvera plusieurs stations-services, mais avec des prix exorbitants;
– 720 km sur la Cassiar highway, le plus gros du parcours, qui nous fera traverser le nord de la Colombie-Britannique, et où les services se feront rares;
– 490 km sur la Yellowhead highway, qui tranquillement nous fera rencontrer de plus gros villages et nous fera entrer dans le sud du Canada.

Le tout devrait prendre plus de 3 semaines à compléter ! Les nouvelles se feront donc un peu plus rares. Surveillez la Page Facebook, de petites brèves pourraient tout de même apparaître si j’ai un accès au monde électronique ! Sans avoir de compte Facebook, vous pouvez quand même voir ce qui est publié au bas de la page d’accueil du site de CycloExpedition Americas.

Une réflexion au sujet de « Dawson – Whitehorse : Une «ballade de plaisance» avant d’entreprendre la Cassiar »

Laisser une réponse

L'adresse courriel ne sera pas publié. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*