Bilan : Chili et Argentine

Fin Parque Nacional Tierra del FuegoAvec les cheveux qui ne finissent pas d’allonger au fil des kilomètres, je sors de la Bolivie et entre au Chili à la fin d’octobre 2013. Si certains de mes amis me disaient à ce moment-là « Déjà au Chili! Tu as presque terminé! Il ne reste que deux pays! », j’acceptais les encouragements tout en rectifiant. On oublie que le Chili, avec une géographique atypique en forme de mince bande de terre entre le Pacifique et les Andes, de 180 kilomètres de large en moyenne (oscillant entre 90 et 440 kilomètres), s’étend cependant sur près de 4 300 kilomètres du nord au sud. Avec son voisin, il partage la troisième plus grande frontière politique du monde (après Canada-États-Unis et Kazakhstan-Russie). L’Argentine, quant à elle plus large, est le huitième plus grand pays du monde. Dans les deux pays, j’ai parcouru 7 625 kilomètres, soit presque le quart de tout ce que j’aurai parcouru à travers les Amériques!

Si d’un côté, on me regardait étrangement à travers les hommes bien rasés, de l’autre, je m’intégrais plus facilement avec mes cheveux longs et ma barbe où tout est un peu plus relax (point sur lequel les Chiliens aiment bien souligner par là la « paresse » de leur voisin). Malheureusement, Lire la suite

Bilan : Bolivie

Mujeres BoliviaJe n’y ai pédalé que 4 jours, mais j’y ai passé presque trois semaines. De la visite m’a fait prendre des vacances du vélo pour une quinzaine de jours, juste à point avec la fin du Pérou. J’ai pu visiter La Paz et ses environs, me reposer et me préparer pour la suite des choses.

Je n’aurai pas traversé beaucoup de la Bolivie, restant principalement dans la région de la capitale, au nord-ouest du pays, au bord de l’Altiplano. Evo Morales, le président socialiste à la tête du pays depuis 2006, a rebaptisé le nom du pays en la version longue de l’État plurinational de Bolivie (Estado Plurinacional de Bolivia) dans la nouvelle Constitution de 2009. Élu suite aux fortes manifestations populaires d’octobre 2003 sur lesquels il s’est fait du capital politique, Morales dit non à l’impérialisme états-unien et veut redonner voix aux différents groupes ethniques indigènes qui peuplent le pays. Je n’aurai vu qu’une infime partie de ces nombreux visages qui colorent le pays. Lire la suite

Bilan : Pérou

IMG_5004J’y ai passé plus de deux mois, presqu’autant qu’au Mexique, aux États-Unis ou au Canada. Je n’ai cependant pas pris la ligne droite pour traverser le pays. Alors que je pensais zigzaguer dans les montagnes du nord au sud sur la Ruta 3, j’ai finalement bifurqué vers un haut col, puis vers la côte, pour ensuite revenir dans les montagnes.

Si les montagnes ralentissent la cadence, la maladie aussi. Des problèmes intestinaux qui semblent être la norme chez les cyclovoyageurs rencontrés sur la route, je me suis rendu jusqu’à l’anémie.

Le Pérou, c’est les extrêmes, du rire aux larmes, de l’émerveillement au dégoût, de la chaleur aux frissons, des rencontres uniques à celles à oublier.

Pour paraphraser une cyclotouriste solo avec qui je discutais à propos de nos expériences, Lire la suite

Bilan : Équateur

DisfruteTrois petites semaines, dont deux assises sur le vélo, m’ont permis de traverser la petite république équatorienne aux élans de socialisme du 21e siècle à la Chavez. En si peu de temps, j’ai traversé 8 fois la Grande Division Continentale, et ce, sans trop faire de détours. La Panaméricaine passe directement dans la Sierra, contournant les volcans ; les plus hauts pics enneigés étaient cachés par les nuages, car je n’ai pas été chanceux du côté de la météo.

Des chiffres et des lettres

Équateur
Du 7 au 28 juillet 2013
22 jours dont 15 à vélo
Jours avec pluie : 17
1 203 km, total à l’odomètre : 18 950 km
8 traversées de la Division Continentale
2 crevaisons
80,23 km en moyenne par jour pédalé (54,70 par jour total)
Vitesse moyenne de 13,1 km/h
Journée la plus grande : 116 km
Journée la plus courte : 43 km
Journée la plus rapide : 17,1 km/h
Journée la plus lente : 8,0 km/h
Vitesse maximale : 86,9 km/h

Où dormir ?

Je n’ai dormi qu’une seule nuit en hébergement commercial, donc je ne pourrai pas vraiment parler des prix et qualité. Si les Équatoriens sont moins hypersociables et un peu plus discrets que les Colombiens, il n’en reste qu’ils n’hésiteront pas à donner un coup de main s’ils le peuvent. Lire la suite

Bilan : Colombie

Tierra GrataLa Colombie attire par la variété de sa géographie, de sa gastronomie et de sa population. De plus, le cyclisme de compétition est largement pratiqué, croisant des cyclistes pratiquement tous les jours sur les routes principales. On sera donc habitué de voir un vélo sur la route, mais ce qui est moins habituel, est de voir un étranger sur la route. À part quelques bulles touristiques, le tourisme est plutôt un phénomène nouveau en Colombie depuis que les choses se sont tranquillisées. Les regards se tournent facilement vers soi, et les gens n’hésitent pas à vous saluer, à vous poser des milliers de questions et même arrêter leur moto en bord de route pour vous parler. La majorité de la population n’est pas concentrée que dans la région de Bogotá, la capitale, et l’on trouve des villes de tailles importantes régulièrement sur la route. Les régions sont bien distinctes de l’autre, convaincant de s’arrêter régulièrement ici et là, et au détour d’une route l’accent changera, la nourriture aura de petites différences, et on vous dira « qu’ici, c’est la meilleure région du meilleur pays ». On pourra difficilement enlever la fierté d’être Colombien à un Colombien.

Des chiffres et des lettres

Colombie
Du 21 mai au 6 juillet 2013 Lire la suite