El Salvador et Honduras : permaculture, chaleur et problèmes

Paisaje escondidoL’entrée au Salvador

Le poste frontalier d’Anguiatu n’est pas très utilisé par les voitures et les voyageurs. Il s’agit cependant d’une importante route commerciale. Pendant 10 minutes, je pédale en dépassant une impressionnante file de camions attendant leur tour d’inspection. Des femmes de joies me lancent des bonjours du haut d’un balcon et d’autres se promènent entre les camions. Économie parallèle au transport de marchandises, probablement…

J’échange mes quelques quetzals guatémaltèques qu’il me restait pour des dollars américains. El Salvador a abandonné dans les années 2000 sa propre monnaie pour celle de l’Oncle Sam. Ici, on ne me crie plus « gringo » autant qu’au Guatemala, mais on me prend tout simplement pour un États-Unien. « Et ta famille aux États-Unis ? » me demande-t-on. « Quand retournes-tu à Los Angeles ? » Sur quoi je réponds : Lire la suite

Guatemala : enfants, montagnes et volcans

El NahualL’entrée au Guatemala

Je suis entré au Guatemala avec Anita, avec qui je partageais la route depuis quatre jours. Nos jours ensemble étaient cependant comptés, car à peine deux jours de vélo plus tard, on m’attendait à Quetzaltenango pour un premier épisode de volontariat. L’objectif en Amérique Centrale est de prendre le temps de connaître un peu plus ces pays qui seraient rapidement traversés si je ne faisais que du vélo. Le volontariat est une manière de se poser et d’apprendre.

Le poste frontalier était bondé de boutiques débordant sur la rue, rendant le chemin assez étroit. Il y avait beaucoup de circulation piétonne d’un côté et de l’autre, mais peu de voitures. Il faut rester aux aguets lors du processus administratif de sortie et d’entrée au nouveau pays, que je répéterai souvent au cours des prochains mois, naviguant à travers les changeurs d’argent et autres vendeurs. Lire la suite

Mexique : bilan

Mexico heads

L’entrée au Mexique a été les premiers coups de pédale en Amérique latine, qui sera du reste du voyage, mais encore, c’était bel et bien l’Amérique de Nord. On entend toutes sortes d’histoires sur le Mexique (surtout de la part des États-uniens!) et découvrir ce qu’il en était vraiment fut un plaisir, où jamais je me suis sentis inconfortable et encore moins sentis en danger. Au final, bien que j’aie fait moins de kilomètres qu’aux États-Unis ou au Canada, j’aurai passé plus de temps au Mexique que chez ses voisins du nord, m’arrêtant plus longtemps, plus souvent.

Des chiffres et des lettres Lire la suite